mardi 15 septembre 2020

Chronique : Je suis Fille de Rage #PLIB2020

  


Auteur : Jean-Laurent Del Socorrot

Editions : ActuSF

Nombre de pages : 536 pages

Date de sortie : octobre 2019

Prix : 23,90 euros

Résumé :

"
1861 : la guerre de Sécession commence. À la Maison Blanche, un huis clos oppose Abraham Lincoln à la Mort elle-même. Le président doit mettre un terme au conflit au plus vite, mais aussi à l’esclavage, car la Faucheuse tient le compte de chaque mort qui tombe. Militaires, affranchis, forceurs de blocus, politiciens, comédiens, poètes... Traversez cette épopée pour la liberté aux côtés de ceux qui la vivent, comme autant de portraits de cette Amérique déchirée par la guerre civile."

#ISBN9782366294774




Mon avis :

Je commence mon avalanche d'avis concernant les grands finalistes du #PLIB2020 ! Jamais à la dernière minute bien sûr. J'vous donne déjà un avant goût en disant que j'ai adoré les 5 romans, certains plus que d'autres, mais je suis heureuse d'avoir eu l'occasion de découvrir des écritures, personnages et univers si différents ! 
Je n'en dit pas plus, et allons-y avec le dernier finaliste que j'ai lu : Je suis Fille de Rage, de Jean-Laurent Del Socorrot. Je suis cash, mais sans Le PLIB, je n'aurais pas lu ce titre ça, c'est dit... Ne lisant pas des masses de récit historique, ceci peut expliquer mon intérêt peu émoustillé face au résumé (même avec la fine touche de fantastique). Puis il a commencé à pleuvoir quelques avis fort élogieux et j'ai fini par être curieuse, d'avoir hâte de commencer cette lecture ! Finalement, je ne regrette PAS DU TOUT d'avoir : acheté cette édition de toute beauté + lu cette histoire + été envoûtée par la plume de l'auteur + appris énormément sur la guerre de Sécession !




Ceci n'est pas un récit joyeux bravo Léna, t'as compris que la guerre ne s'inclinait guère devant le bonheur (sauf pour lui cracher sur les pieds ?), un petit pas pour l'Homme, un grand pas pour le foutage de tête (sinon, parfois je suis gentille avec moi-même hein, genre euh... quand je dors ?), mais cet événement a bel moche plutôt eu lieu. Pour la liberté, pour l'égalité, des milliers de gens sont morts... A quand que l'humain devient intelligent, tolérant et respectueux ? Jean-Laurent Del Socorrot nous raconte la guerre de Sécession à travers de nombreux et différents points de vue pas faciles à appréhender au début, mais que notre cerveau termine par assimiler, voir même se souvenir (petit esprit aura droit à un cookiiiiiie (voix gentille)) (c'est plutôt mieux et bon signe afin de comprendre l'histoire (voix reloue on t'a pas sonné)). Il installe ainsi un rythme dynamique renforcé par les courts chapitres qui font tourner les pages à une vitesse peu recommandable à atteindre sur l'autoroute si vous tenez à votre permis + vie modéré, plutôt sympathoche (en mode, t'as le time de profiter du paysage sans t'ennuyer).




Ce livre est une petite brique, mais je vous rassure l'on ne voit aucunement les pages défilées (pas de soûlage ni d'ennui à l'horizon) ! L'attention est réquisitionnée pour notre plus grand plaisir grâce à l'offre variée de personnages : soldats, capitaines, anciens (vraiment ?) esclaves, civils, gens du Sud et du Nord,... Puis s'ajoute l'accès aux pensées d'Abraham Lincoln accompagné de la Mort, fidèle compagne qui compte les décès de la guerre en recouvrant d'un trait de craie blanche les murs et le sol du bureau du Président des Etats-Unis.



Dédicace à 3 héroïnes incroyables, pour lesquelles j'ai eu un p'tit gros coup de coeur : Minuit (ma préférée !!!), La fille qui n'a plus de père et L’Affranchie qui n’est pas libérée ! C'est génial et très agréable à lire que de mettre en avant des femmes avec une personnalité et un vécu aussi bien exploités ! 




Sinon, il n'est pas difficile de sentir le rigoureux travail de recherches et d'archives effectué par l'auteur. C'est si riche, si intense, si passionnant de lire ce qu'il se passe, comment les choix des uns ou des autres ont un impact sur le cours des choses, sur le déroulement d'un évènement... Toutes ces batailles, ces blessés et ces morts déchirent le coeur et je ne pouvais qu'être saisie des orteils aux oreilles par la manière dont le tout est transmis : la plume de Jean-Laurent Del Socorrot m'a époustouflée ! Gros coup de coeur pour sa poésie chamboulante. 



« Aujourd’hui, nous avons tout perdu : des vies, l’espoir de nous réconcilier et du temps qui ne se rattrapera plus désormais que dans le sang. Et notre humanité, enfin, si l’on peut encore en avoir quand on commande à des êtres vivants d’en tuer d’autres. »



J'ai souvent du mal à m'y retrouver lorsque 500 personnages viennent nous serrer la main, mais ici, il n'y en a pas 500 déjà, j'ai adoré rencontré autant de monde : la voix est donnée à toutes et à tous, que ce soit d’âge, de genre, d’ethnie, d’histoire ou de caractère différents ! J'ai trouvé facile de comprendre les émotions ainsi que les actions des personnages, comme si l'auteur arrivait à capter et retranscrire avec brio l'essence de chacun. La manière de partager chaque histoire singulière ne manque pas d'originalité, que ce soit à travers des lettres, de monologues intérieurs, de télégrammes,... Il en ressort un p'tit côté théâtrale qui rend la lecture d'autant plus captivante ! 




Même si l'on connaît l’issue de cette guerre, je ne pouvais m'empêcher de trembler et de frissonner face aux soldats transformés en chair à canon. Les descriptions font mouche, les batailles ouvrent le feu devant nos yeux, l'on devient sourd face aux bruits écoeurants que déversent les fusils accompagnés des râles déchirants des mourants, les paupières se ferment, les larmes perlent, les canons vomissent des boulets qui ravagent le paysage en même temps que les soldats... Poussière qui obscurcit la gorge, qui noie les poumons de toux saccadées,... La vue, l'ouïe, l'odorat, le touché et même le goût sont sollicités, corps du lecteur mis au combat...





Riche idée que d'avoir écrit sur la guerre de Sécession, une guerre peu connue (enfin, surtout pour moi aha), seulement évoquée en anglais au lycée et encore... Même si les batailles étaient terribles et que la peur, la haine et l'angoisse régnaient dans les coeurs, c'est primordial, essentiel de ne pas oublier une telle période, tous ces gens morts pour la liberté, l'égalité, la reconnaissance et le respect... Alors que le Sud luttait pour le maintien de l'esclavage, le Nord n'a pas lâché prise pour l'abolition de l'esclavage... Tristes pensées pour toutes ces familles et vies brisées... Quel déchirement de voir, de lire que les hommes préfèrent embrasser la haine, conduire des troupes entières au cimetière plutôt que de considérer autrui et la différence avec égard, sans mépris, surtout dans ce cas où la personne en face est estimée avec dédain, horreur à cause de sa couleur de peau, de ses origines. 




« Tu vois, toi et moi, on se ressemble finalement. On contourne les règles parce que ça nous démange jusqu’au fond du coeur. Si on ne prend pas nos vies en main aujourd’hui, on aura la bouche tellement gavée de regrets qu’on ne pourra plus jamais dormir sans avoir du mal à respirer. » (C'est la fabuleuse Minuit qui dit ça <3 !)




On arrive vers la fin, don't worry, la pipelette a bientôt terminé... (Au moins, vous serez prêt(e)s pour le dodo (si vous n'avez pas déjà succombé...)). Non seulement le contenu, le fond de l'histoire est pépite, mais l'objet livre ne demeure pas en reste : une pure beauté ! La mise en page est magnifique ! On a le droit à une carte, à une liste des personnages répartis soit dans le camp du Sud, soit dans celui-ci du Nord, à leur surnom au début de chaque chapitre accompagné du drapeau de la partie du pays défendue, à une date et au nom de la ville ou de l'endroit où se situe le protagoniste du chapitre en question... Quel travail soigné, on est gâté !





Pour conclure, vous avez sans doute compris que je n'ai pas été déçue par ma lecture ! La touche de fantastique est légère, peut-être un peu trop ? Je n'ai pas à crier un gros manque de ce côté-là, par contre, j'ai été un poil déçue de la fin, ou plutôt surprise que ça se termine par ces mots... Mais heureusement, la nouvelle a dissipé cette légère amertume ! Elle est géniale. Puis comment rester insensible face au style remarquable de l'auteur ?! Chapeau de parler de l'Histoire à travers des histoires singulières, c'était puissant, j'étais subjuguée, bravo et merci ! 






Un coup de coeur pour une magnifique plume et une histoire riche, approfondie et amenée de façon originale !




« Nous avons saigné pour notre Nouveau Monde. Nous avons le droit d’en être les citoyens.

Pendant que d’autres se battent pour étendre cette liberté au Sud comme au Nord, je commence un combat pour que, demain, mes enfants ne soient plus jamais asservis. Personne ne me fera baisser les yeux. personne dans cette assemblée n’a de sang noir ou blanc. L’Amérique saigne d’une seule couleur. »





3 commentaires:

  1. J'ai préféré ce livre à Mers mortes !
    J'ai beaucoup aimé apprendre pas mal de choses sur la Guerre de Sécession que je connais très mal. Et pour ça, c'était chouette. Moi aussi, j'ai trouvé que c'était un récit avec des femmes fortes. Ma préférée : La fille qui n'a plus de père.
    Au début, j'ai eu du mal parce que je me suis perdue avec tous ces personnages qui ne sont pas clairement nommés en début de chapitre.
    Personnellement, je m'attendais à un côté fantastique plus développé donc j'ai été un peu déçue.

    RépondreSupprimer
  2. 😭😭😭 Je l'ai mis en pause ah la la la la. Achevez-moi. Je vais le rouvrir dans une meilleure période ou pire je sais pas selon mon mood. Mais vraiment en lisant ton avis c'est pour les 3 héroïnes que je vais sûrement persévérer parce que j'ai hâte de leq découvrir davantage. 😊

    RépondreSupprimer

Un petit commentaire fait toujours plaisir♥
Merci pour ton passage !